Institut Mines Télécom Actu de l'organisme

Etablissement public dédié à l'enseignement supérieur et la recherche positionné sur "3 transitions majeures du XXI ième siècle: Numérique, Énergétique et Écologique, Industrielle"
Il possède la force d'un réseau comprenant 10 grandes écoles Mines et Télécom réparties sur l'ensemble du territoire national. Son offre de programmes (y compris apprentissage, formation continue ) vise à préparer des profils d'ingénieurs, de managers de haut niveau, de docteurs) capables d'apporter des réponses aux enjeux de l'économie mondialisée, notamment en étant des innovateurs et des créateurs d'entreprise.  
L'Institut Mines Télécom propose aussi des MOOCs permettant à un plus grand nombre de profils d'entrer de plein pied dans la société d'aujourd'hui.

Demande d'informations

Votre message a bien été enregistré, il sera transmis très prochainement à cet organisme.

Complétez ce formulaire pour recevoir une information complète sur les formations de Institut Mines Télécom :

Vous êtes intéressé(e) par le programme :








* Champs requis

Leguidedesformations.fr vous propose quelques uns des programmes de cet organisme :

  • Parcours la fabrique numérique - MOOCs
    • Ingénieur de conception - Electronique
    • Ingénieur Electronicien capable de prendre en charge un large éventail de tâches et ou de misions. Dans l'ordre de la conception [depuis celle de la conception de circuits jusqu'à celles de systèmes électroniques complexes] En plus de ses connaissances et savoir faire techniques, la personne exerçant ce job deviendra souvent chef de projet au terme de quelques années d'expérience. C'est aussi à l'ingénieur de conception de travailler sur la conception des nouveaux produits (dont on a détecté les besoins au niveau des études de marché conduites)

    • Ingénieur en électronique chargé des tests et contrôles
    • Femme, Homme; C'est une fonction qui exige un bagage intellectuel de haut niveau (diplôme d'ingénieur complété lorsque c'est possible par un master professionnel, par un master recherche). Elle exige aussi un début d'expérience, soit au niveau des produits dont on va tester la conformité et la qualité, soit au niveau des processus et applications dont la mise en place est tout juste terminée.
      Cette fonction exige d'être pratiquement en position d'expert vis à vis des tests à concevoir, appliquer et interpréter.[Identification des défauts, contrôles des erreurs et détection de leurs origines, bugs …etc.]
      L'ingénieur chargé des tests devra être capable de les définir, de définir les critères de qualité, de superviser leur mise en oeuvre et d'attester ou non de la conformité des produits ou processus par rapport au cahier des charges initialement accepté. Ecole d'ingénieur; Master Recherche Electronique/Informatique. Au total un Bac + 5. Retenir que l'enseignement Master peut accompagner la première expérience en entreprise ou laboratoire.
      Pour l'insertion professionnelle, des opportunités dans de nombreux secteurs: Aéronautique et spatial, Automobile, Construction Electrique et électronique, Nucléaire, Industries chimiques ...etc. ...sans oublier les sociétés de service en ingénierie informatique. (SSII)

    • Technicien en électronique
    • Technicienne en Electronique- Jeune Professionnel (elle) titulaire au minimum d’un Bac Pro BAC PRO SEN EIE : Systèmes Electroniques Numériques Electronique Industrielle et Embarquée. Il ou elle peut également à partir de 2011- en 1ère  - 2012 en Term via  le Bac STI2D (Baccalauréat Sciences et Technologies de l'Industrie et du Développement Durable) accéder à des postes de technicien en électronique en particulier s’il choisit la spécialisation Système d’information et numérique.
      Le ou la jeune professionnel peut devenir confirmé (e) au bout d’un an ou 2 d’activité. Les secteurs dans lesquels il est possible de le rencontrer: le secteur automobile - véhicules particuliers ou poids lourds; secteur des transports au sens large, celui des équipements domestiques et du matériel de chauffage; au sein des entreprises de l’audiovisuel et de matériel informatique comme dans les télécommunications. D’autres secteurs accueillent aussi ce profil(armement, aéronautique, énergie….) Soit de nombreuses opportunités d’accéder à des emplois intéressants.Il faut préciser que celles et ceux qui peuvent poursuivre leurs études et qui obtiennent soit un BTS Systèmes électroniques ou le DUT Génie électrique et Informatique industrielle ont évidemment un avantage pour obtenir des emplois leur ouvrant des perspectives de promotion vers de responsabilité plus étendues. 
      Le technicien travaille sous la responsabilité d’un chef d’atelier ou de secteur. Sous la supervision d’un ingénieur bureau d’études ou d’un ingénieur produits directement en charge de la production en atelier,illui sera confié les tâches à accomplir,les tests à effectuer,les contrôles, montages ou poses de cartes, circuits, composants celles de systèmes électroniques plus ou moins complexes (chaînes automatisés, dispositifs de régulation,système de convoyage,appareils de mesure;terminaux de paiements électroniques…etc. 
      Enfin,l’accès à cette profession est également ouvert aux jeunes adultes via en particulier la formation professionnelle qualifiante et la VAE (validation des acquis de l’expérience)
      Possibilité d’évoluer également,vers des postes de bureau d’études, de technico commerciaux;  au sein de services de maintenance et de réparation dès lors que les titulaires réussissent techniquement la première étape de leur carrière et mettent en valeur leur capacité d’initiative  tout en faisant le nécessaire pour actualiser sans cesse leur capacité professionnelle.(suivi de stages, découvertes de salons professionnels,lectures de revues professionnelles …etc.
       

    • Technicien en automatismes
    • Quel est le cœur de ce métier du point des vue des domaines, des techniques et savoir faire ? L’on peut citer l’électricité, l’électronique et l’informatique (à travers la programmation d’applications spécifiques à l’industrie) qui permettront à toutes sortes d’équipements de fonctionner « automatiquement ». On mentionne bien souvent des chaînes de production « automatisées » Il s’agit aussi d’automates programmables placés dans un atelier, - de régulateur de vitesse, de pression, de température que l’on rencontre dans tous les processus de fabrication industrielle Il y a aussi les robots des chaînes de production qui exigent une programmation particulièrement adaptée aux tâches qui leur sont confiées.- par exemple, pour illustrer, les robots en charge des soudures sur les chaines de production automobile.

      On va rencontrer ce technicien dans pratiquement toutes les branches de l’industrie, (industries agroalimentaires, dans l’automobile, au sein des laboratoires pharmaceutiques, dans les industries chimiques, la sidérurgie et métallurgie les transports, l’énergie…etc. Il  ( ou elle) sera en charge de l’installation et de la mise en fonctionnement des dispositifs, et, avec un 1 an ou 2 d’expérience,  il (ou elle) assurera la  maintenance des installations et assurera les dépannages les plus courants sachant faire appel a l’ingénieur responsable d’atelier ou au service maintenance pour les disfonctionnements majeurs.

      Il nous est apparu intéressant de reprendre partiellement une offre d’emploi récente qui présente ce poste et qui permet ainsi de mieux cerner en quoi consiste ce métier :  

      Pour des installations, des mises en route : De formation BTS, DUT ou licence Pro, dans le domaine électrique, automatismes et/ou informatique industrielle, vous avez une expérience de 1 à 3 ans dans ces domaines. La connaissance des automates programmables (Siemens, Schneider….) est nécessaire. La connaissance de la programmation de robots, ou la pratique de l’informatique industrielle (progiciel de supervision, ou développement d’applications) sont des avantages. A ce poste, vous serez amené à: faire des schémas électriques, programmer des automates industriels, programmer des interfaces homme-machine, mettre en service des machines ou installations industrielles.

      Pour les plus jeunes plusieurs Bac pro peuvent permettre de cibler cette perspective professionnelle- (Bac pro maintenance des équipements industriels, Bac pro maintenance des systèmes mécaniques automatisés –MSMA- Bac pro pilotage des systèmes de production automatisée) Il paraît nécessaire de les encourager à poursuivre  leurs études pour obtenir soit pour un BTS, soit pour  un DUT- encore mieux une licence professionnelle – sans doute en privilégiant l’alternance – pour, au total,  s’assurer d’une bonne progression de carrière.

      Retenir enfin, que  les formations professionnelles à cette qualification - intéressant les adultes en cours de carrière ; formations d’une durée de 7 à 8 mois- permettent de se réorienter vers ce poste. Le large éventail de branches industrielles susceptibles de rechercher ces profils ne peut être qu’encourageante pour celles et ceux qui choisissent ce métier.

      Fiches ROME utiles: Intervention technique en études et conception en automatisme – H1208 -- Installation et maintenance d'automatismes- I1302

       

    • Ingénieur Spécialisé technologie des capteurs
    • Titulaire d’un diplôme d’ingénieur optique, microélectronique, ayant effectué des stages en traitement et étude du signal, conception, transport et numérisation des données…)dans une branche industrielle précise depuis l’aviation ou l’automobile , les premières transformations des métaux ou même dans le monde des activités agricoles ou dans celui de l’instrumentalisation médicale, du suivi à distance des patients .
      Sa formation, ses stages le rendent apte à concevoir, définir, améliorer, perfectionner tout type de capteur permettant au final de fiabiliser les processus et d’en augmenter la qualité. Le suivi d’un programme de niveau master pourra ouvrir les portes de labos ou celles de centres de recherche développement qui travaillent dans tous les domaines d’avant-garde de la robotisation, des nanotechnologies, de l’énergie d’origine nucléaire…etc.

    • Technicien de maintenance en micro-électronique
    • Technicienne de maintenance en micro électronique; Profil d’un ou d’une professionnelle capable d’intervenir dans de nombreuses entreprises, laboratoires, bureaux d'études, société de service et de dépannage pour participer à la mise au point ou au dépannage d’équipements utilisant des microprocesseurs ou circuits intégrés en charge des automatismes sur les appareils, matériels et machines utilisés aussi bien pour les usages domestiques ou particuliers que dans les installations professionnelles d’entreprise.
      Ce profil pourra être chargé des montages et réglages de sous ensembles électroniques, mécaniques, opto-mécaniques (microsystèmes opto-électro-mécaniques voir Wikipédia); d’effectuer les essais sur les bancs automatiques ou semi automatiques. Il ou elle effectuera les tests de contrôle qualité en électricité et électronique sur des produits multimédia téléviseurs, Hifi, électroménager, luminaires, ...etc.
      Connaissance des normes, des références et catalogues des fabricants pour les microprocesseurs; connaissance de l’anglais technique; utilisation des bases de données présentant les références des composants électroniques des installations et savoir effectuer leur mise à jour à partir des informations collectées en ligne sur le site des fabricants telles sont les précisions que l’on peut apporter pour cerner la présentation de ce profil.
      Du point de vue Formation, Le technicien de maintenance en micro électronique  (ou la Technicienne) possédera un Bac+2 - BTS ou DUT  (BTS Système Electroniques ; DUT Génie électrique et informatique industrielle - GEII ) Mieux, il possèdera une licence professionnelle en électricité, électronique, informatique avec le plus souvent une spécialité qui permettra à ce professionnel d’être considéré presque sans délai comme un technicien supérieur, apte à l’étude et au suivi de projets, capable d’être un interlocuteur écouté dans les groupes de travail techniques ou commerciaux, capable lors d’un salon professionnel de présenter une démonstration …etc. 
      Avant d’engager ses études supérieures, il aura  obtenu un BAC STI  (Sciences et Technologies Industrielles spécialisations génie électronique ou génie électrotechnique
      Par ailleurs, des programmes qualifiants sont à la disposition de jeunes adultes désirant changer d’orientation. Il s’agit le plus souvent de programmes intensifs sur 7 ou 8 mois comprenant un temps de formation en centre de formation et un temps de stage en entreprise.

    • Technicienne, Technicien - imprimante 3D
    • Dès à présent sur les sites d’offres d'emploi, des recruteurs recherchent des professionnels spécialistes des imprimantes 3 D.  Ces annonces, en fait, confirment que le développement rapide d’une technique qui s’impose dans un grand nombre de secteurs entraîne, en parallèle, un besoin de professionnels qualifiés. Cette technique qui introduit une véritable rupture dans les processus de fabrication demande donc des techniciens ou techniciennes qui prennent en charge sous la responsabilité d’ingénieurs la totalité des tâches d’installation, de mise en service et celles de relatives à la maintenance et au dépannage. 

      En quoi consiste l’impression 3 D ?

      l’impression 3 D ou « Additive Manufacturing » permet de créer des objets, des pièces, des prototypes à partir d’un ordinateur connecté à une imprimante 3 D. Celle-ci va déposer couche après couche, de la résine, des plastiques, des métaux, des polyamides pour concrétiser en 3 dimensions le l’objet dont on avait réalisé la modélisation numérique. Les logiciels installés permettent de préparer un fichier 3 D et de positionner la pièce dans l’imprimante qui contrôle ensuite l’ensemble du processus de fabrication de l’objet.  
      Le technicien d'imprimante 3 D en poste chez un fabricant, chez un distributeur de matériel, au sein d’une plateforme collaborative 3 D, dans un réseau de centres d'impression 3 D) va assurer la prise en main du matériel par les utilisateurs, son fonctionnement,  son entretien et les dépannages les plus courants.Certains doivent être capables d'assurer la formation des utilisateurs, le support téléphonique. Dans certaines entreprises, il accompagnera - avant vente - l'ingénieur commercial au cours de ses contacts commerciaux. 


      Quelle formation ? 


      D'un point de vue formation technique, compte tenu de ce qui précède et, selon les acteurs de l’impression  3D et leur secteur d’activité  le/la jeune professionnel (elle) pourrait être titulaire de divers diplômes d'un niveau bac +2 –le minimum requis :

      > BTS Design produits ; 

      > BTS Conception de produits industriels ; 

      > BTS systèmes numériques, ou encore ou d'un DUT : 

      > DUT Génie électrique et informatique industrielle ; 

      > DUT Génie mécanique et productique, 

       

      > DUT Sciences et génie des matériaux....

      D’autres programmes peuvent également préparer à cette spécialisation. Les Fablabs ont été les premiers  a organiser des stages de formation destinés aux utilisateurs. Certains sites ( l’Etudiant par exemple) préconisent que les étudiants ont tout intérêt à poursuivre au-delà du Bac +2 afin d’accéder à un Bac +3 (licence professionnelle, Bachelor, Diplôme Universitaire DU) A titre d’exemple, voici les grandes lignes du DU de l’Université de Bretagne du Sud qui cible précisément cette activité : 

      • Logiciels pour fabrication numérique

      • Mécatronique de la machine imprimante 3D

      • Matériaux pour impression et technologies d'impression

       

      • Pièces 3D : conception, prototypage et simulation du comportement mécanique• Eco-système de l'impression 3D

       

      Ces 5 modules – chacun de 4 ou 5 jours – sont accessibles par la voie de la formation continue et intéressent donc des professionnels en cours de carrière, des jeunes adultes en recherche d’une orientation professionnelle, des demandeurs d’emploi. 

      Métier à part entière pour celles et ceux qui, recrutés, sont au service de secteurs d'activités les plus performants pour proto-typer et produire d'une manière parfaite les pièces complexes pour l'aéronautique, l'automobile, la joaillerie, le matériel médical sans oublier le bâtiment lui même...etc. Nous avons là des techniciens et techniciennes capables d'accompagner cette mutation technologique et d'assurer le bon fonctionnement et la maintenance de ces «machines informatisées» du 21ième siècle.
      Note : Sur le site graphiline.com «  le marché AM (Additive Manufacturing) est promu à un grand avenir…à condition cependant que l’impression 3D s’automatise ……..Il y aurait plus de 400 fabricants dans le monde …

    • Maker, Maker girl
    • "Devenez un vrai Maker" Devenez une vraie Maker Girl ?
      Sommes nous vraiment devant un nouveau profil professionnel ? Cette appellation correspond pour de nombreux spécialistes des métiers et des professions à un profil d'amateur, de bricoleur; certains décrivent des bidouilleurs ou hobbyistes qui utilisent en open source une « boite à outils du 21ième siècle » comprenant des circuits imprimés baptisés Arduino ou des cartes mères Raspberry Pi avec les logiciels appropriés;  On a toutes les chances de croiser ces fabricants d'objets connectés et interactifs dans les fablabs qui quadrillent le pays et qui mettent à leur disposition des ateliers, du matériel comme par exemple des découpeuses laser ou des imprimantes 3 D.
      S'agit-il seulement de geeks qui conçoivent des objets interconnectés utiles dans des domaines comme l'habitat, la santé, le sport ou dans celui des jouets et jeux, des gadgets ...etc. ?  Des objets que l'on peut activer à distance à l'aide de son téléphone portable.
      Au contraire, sommes nous en présence de professionnels technicien en électronique, automaticien ingénieur, designer chacun porteur de projet d'objets facilitant l'accès à de nombreux services dans les domaines de la santé, de la sécurité et de la surveillance des personnes et des biens, dans ceux des transports ...etc.
      Si l'on ajoute que sur des sites Internet de recrutement l'on remarque des entreprises à la recherche de profils familiers avec les microcontroleurs et les plateformes de développement rapide type Arduino afin de réaliser des tests ou des prototypages; ne peut-on considérer cette référence de maker comme à l'origine de véritables activités professionnelles ? Tel est le sens de cette interrogation avec cependant l'intuition que cette information encouragera les chercheurs d'informations en matière d'orientation professionnelle et scolaire à poursuivre plus loin leur enquête. information utile: 

      Découvrir le programme du Labfab school of Mobility (un DU de 1440 heures pour se s'approprier les outils des makers ainsi que les bases du développement d'application mobiles: Labfab 

      Autre programme: ICI Montreuil 135 Boulevard Chanzy, 93 100 Montreuil

       Entrepreneur Maker (label Grande École du Numérique)